Attribuer et terminer les tâches : comment gérer une chaîne de triage

Configurez et gérez votre propre système afin de hiérarchiser les demandes entrantes directement depuis Slack

Image Credit: Pete Ryan

Vous pouvez lire ce blog en anglaisallemand,  et japonais.

Résoudre des problèmes rapidement et efficacement constitue un objectif louable pour toute entreprise. Tout triage (approche systémique visant à traiter des demandes entrantes) peut servir de modèle pour gérer le temps de chacun vis-à-vis des ressources internes.

Pour faire simple, le triage correspond au fait d’évaluer une situation, de découvrir l’urgence nécessitant une action, puis d’assigner la tâche à la personne appropriée. Bien qu’il soit souvent associé au domaine médical, de nombreuses équipes d’ingénierie logicielle l’ont adopté afin qu’il les aide à éliminer leurs bogues les plus nuisibles et à résoudre les problèmes les plus épineux de l’équipe du service client. Étant donné que les entreprises dépendent de plus en plus des technologies, cette approche peut également s’adapter à presque toutes les situations qui impliquent que les responsables des services déterminés par les ressources choisissent l’ordre dans lequel ils souhaitent traiter les problèmes.

Chez Slack, plus d’une trentaine de nos chaînes sont consacrées au triage. La plupart ont trait aux problèmes logiciels, mais elles comprennent également les signalements à notre support technique interne et les problèmes qui concernent notre équipe interne. Nous utilisons une convention de nommage pour que les chaînes soient plus faciles à trouver, laquelle consiste à placer le préfixe #triage- dans le titre de chacune d’entre elles.

Toute chaîne de triage requiert un système

Dès que vous avez au moins une chaîne de triage en place, créez des procédures et des flux de travail qui peuvent être communiqués à votre personnel afin qu’il sache où publier les problèmes et comment procéder pour les signaler. Si vous vous retrouvez avec plusieurs problèmes, utilisez un système de nommage logique qui soit suffisamment différencié afin de pouvoir déterminer de façon évidente quels problèmes sont associés à quelles chaînes, par exemple #triage-salesforce, #triage-informatique ou #triage-plateforme.

N’oubliez pas d’épingler les directives importantes à chaque chaîne de triage de sorte que les nouveaux venus puissent obtenir rapidement les informations dont ils ont besoin concernant votre fonctionnement.

Quand et comment rediriger les demandes entrantes

Le diagramme ci-dessus illustre notre approche globale de la surveillance d’une chaîne de triage et du traitement des demandes qui y sont formulées. Nous définissons le problème, déterminons son degré de nuisibilité, puis tentons ensuite de le résoudre aussi vite que possible. S’il s’agit d’un problème épineux, il est remonté à une équipe chargée d’examiner les bogues logiciels. En général, la plupart des demandes entrantes obtiennent une réponse et sont résolues en quelques heures. Les autres finissent dans un système de suivi des bogues.

Les émojis sémantiques facilitent l’affichage des chaînes de triage

Dans Slack, nous utilisons un système de trois émojis pour évaluer la gravité d’une demande, ainsi que quelques émojis supplémentaires pour indiquer le statut de la demande. Nous épinglons un document qui les expliquent, ou bien nous les insérons dans l’objectif de la chaîne, tel que le suivant.

Les émojis d’urgence sont sans ambigüité.

  • Le plus urgent : cette demande requiert une réponse immédiate. On l’utilise le plus souvent pour les bogues ou problèmes de type « showstopper ».
  • Un peu moins urgent : cette demande requiert une réponse dans la journée, une clarification ou des directives de la part des examinateurs.
  • Question ou clarification : un accompagnement est nécessaire pour passer aux prochaines étapes.

L’émoji de statut offre également une visibilité adéquate.

  • Émoji yeux : quelqu’un a récupéré la demande (vous pouvez survoler l’émoji de réaction avec votre souris pour consulter le nom de la personne) et travaille actuellement dessus.
  • L’émoji « coche » : quelqu’un a accompli la tâche et le problème est résolu.

Vous pouvez voir cela en action dans notre chaîne d’espace de travail, où le personnel signale les problèmes qui concernent nos locaux.

Un simple coup d’œil suffit aux personnes qui consultent la chaîne de triage pour voir quelles demandes sont étiquetées comme ayant une priorité élevée, qui travaille dessus (survolez les réactions pour voir qui a cliqué dessus), puis quels problèmes sont déjà résolus.

Création d’applications personnalisées pour mettre en œuvre le triage

Si votre personnel informatique est plein de ressources et capable de concevoir des outils personnalisés pour votre équipe, il existe plusieurs façons d’évoluer sur ce système dans Slack au moyen d’un code personnalisé. Vous pouvez rationaliser les soumissions aux chaînes de triage en créant un formulaire à l’aide de dialogues.

Chez Slack, nous avons également conçu notre propre bot de triage interne, qui passe au crible les chaînes de triage en quête de tout message qui comporterait un émoji « point de couleur », puis qui traque les messages dont les réactions sont manquantes et ceux qui ont été vus mais qui n’ont pas la réaction « terminée » avec l’icône de coche. Il récapitule régulièrement le nombre de demandes qui demeurent non résolues et émet des rappels périodiques pour penser aux problèmes à résoudre.

Le triage est un moyen éprouvé de déterminer et de résoudre les problèmes les plus urgents, tout en empêchant que d’autres passent à travers les mailles du filet. Avec un minimum de planification et de configuration, il peut être mis en œuvre facilement au sein d’une équipe qui, confrontée à de nombreux problèmes entrants, a besoin de moyens pour gérer son temps et son énergie. Le triage fonctionne correctement pour le développement logiciel, mais il peut être étendu à presque tous les processus de demandes et d’approbations.

Slack is the collaboration hub, where the right people are always in the loop and key information is always at their fingertips. Teamwork in Slack happens in channels — searchable conversations that keep work organized and teams better connected.